Le spectacle de la fête est étroitement lié à la qualité des costumes que portent les figurants.

C'est pourquoi, le comité des fêtes, devant répondre à de nouveaux critères d'authenticité, de qualité, de diversité et de mensuration, a été dans l'obligation de créer lui-même, depuis 1995, les costumes qui étaient jusqu'alors loués à des organismes extérieurs.

 

A ces fins, une dynamique a été lancée par la création d'un atelier de couture, par des opérations avec des lycées professionnels de la couture, par l'embauche d'une couturière, par des missions de conseil et de formation confiées à un couturier, par l'achat de costumes et par la création d'un local adapté au stockage de ces costumes.

Au nombre de dix bénévoles, une fois par semaine, elles travaillent à partir des maquettes pour faire face aux besoins des figurants. Un millier de costumes sont déjà réalisés et selon le thème, il faut plus de nobles, d'enfants ou alors plus de paysans, de sorciers… A partir de documents, elles choisissent formes et couleurs et doivent faire face aux travaux de masse et aux détails plus raffinés quand il s'agit de coiffes et de chaperons….

Exemple de réalisation :

Pour la confection d'une trentaine de tuniques accompagnées de petites capes et de chapeaux afin d'habiller un groupe de musiciens, il leur a fallu 85 mètres de tissu vert, 70 de tissu rouge et des centaines d'heures de travail.

Les lycéens de Blaise-Pascal font équipe avec un couturier et les artisans du Pfifferdaj à Ribeauvillé pour créer 14 costumes médiévaux d'après des documents venant du musée Unterlinden et de peintres du XV ème siècle. Chaque costume a nécessité plus de 80 heures de travail, ourlets et finitions sont réalisés à la main.